« Le Visiteur » d’Eric-Emmanuel SCHMITT

27.09.2016 - 19:00

Le Visiteur - D'Eric-Emmanuel Schmitt

Metteur en Scène invité  Alexandre Tchobanoff / Conception Scénique, artistique, visuelle et musicale, Scénographie et costumes  Jean Bauer, Distribution Freud - Petar Raijekov, L’Inconnu - Veleu Goranov; Anna - Elenn Koleva / Mikaela Stoimenova, Le Nazi - Nikolay Todorov

Note d’intention de Metteur en scène

L’action se déroule au soir du 22 avril 1938, entre l’invasion de l’Autriche par les troupes hitlériennes (le 11 mars) et le départ de Freud pour Paris (le 4 juin). La fille de Freud est arrêtée et embarquée par un officier nazi sous les yeux de son père impuissant. L’un des génies les plus marquants du XXème siècle se trouve alors réduit au constat terrible de son incapacité à arrêter la roue de l’Histoire. Son génie intellectuel ne lui est d’aucun secours face à cette évidence. Ce désarroi le déstabilise et le fragilise au point qu’il est amené à vivre une expérience radicalement étrangère à tout ce que son esprit scientifique, rationnel et athée aurait pu concevoir.

La nuit à venir sera longue, éprouvante, en marge de la réalité. Elle va bousculer le docteur Freud dans ses convictions les plus fondamentales. Il reçoit la visite d’un inconnu qui lui apparaît selon des modalités matérielles (ou non) impossibles à cerner. L’intrus, dont même la nature humaine semble incertaine, paraît tout connaître de Freud depuis son enfance, et tout son univers. Cette rencontre va remettre en question l’essence des théories et des travaux, la représentation du monde du père de la psychanalyse. Au cours de cette confrontation la question de la vérité ne cessera de se déployer. Ce Visiteur, qui est-il? Un fou? Un magicien? Un produit de l’imagination de Freud ou de son inconscient? Tout simplement Dieu? Et qu’est-ce que le mal? Qu’est-ce que la foi? Que pèse-t-elle sans preuve? Quelle validité accordé à la psychanalyse?
Cette nuit-là, le cabinet du 19 Bergstrasse à Vienne accède à une tout autre dimension. Il se transforme physiquement, ses murs s’écroulent les uns après les autres. La célèbre pièce au divan se métamorphose en laboratoire à ciel ouvert consacré aux questionnements universels les plus profonds sur le fait humain et le sens - ou l’absence de sens - à lui donner. 

Mon ambition de metteur en scène est de vous proposer de nous porter à l’extrême de ces questionnements, dans l’infinie complexité des relations humaines, jusqu’à ce point de doute où seuls l’exercice de la liberté la plus intime et le risque de l’amour, peut-être, permettent de toucher à un espoir de résolution.

Facebook icon